CONCLUSION des Rencontres Santé Savoyardes

Publication du mardi 16 mai 2017

Le Président de l’Union des Mutuelles de France Mont-Blanc, Bernard DESAIRE, remercie les participants à ces 11èmes Rencontres Santé Savoyardes.


Notre Union des Mutuelles de France Mont-Blanc relance les Rencontres Santé qui, pendant 10 ans, ont marqué de leur empreinte la question essentielle sur la santé au travail sur nos deux départements Haute-Savoie et Savoie.

Ces 11èmes Rencontres Santé Savoyardes, dont le thème « Le travail c’est la santé, ne pas en avoir ou trop le subir, nuit à la santé », décliné autour de 3 tables rondes, ont permis l’expression la plus large du mouvement social, des salariés concernés, des professionnels de santé présents pour aboutir aux premiers éléments de conclusion (ci-dessous).

Ces Rencontres Santé Savoyardes témoignent de notre volonté d’être au plus près sur le terrain, d’être au plus près de la vie des salariés au travail et des personnes sans travail, et des conséquences sur leur santé.

L’animation de cette journée a été assurée par Lucien CARETTE, Président d’ENTIS, avec l’appui de Véronique SALAMAN, Responsable Action Sociale et Culturelle d’ENTIS.

Cette manifestation a attiré plus d’une soixantaine de participants de différents secteurs : des organismes mutualistes (mutuelles adhérentes à l’Union, des mutuelles partenaires, et la Fédération des Mutuelles de France), des associations, des syndicats et des représentants syndicaux en entreprise, des médecins et infirmières du travail, des CE et CHSCT, la Mairie de Meythet, des salariés d’entreprises de l’économie sociale et solidaire, des personnes sans emploi…

Les débats ont été animés par des intervenants techniques et de terrain : psychiatre, docteur en santé publique, élu mutualiste, salarié.

Les tables rondes ont ouvert les débats et ont permis des échanges constructifs.


Dans la première table ronde c’est la souffrance des travailleurs sans emploi qui a été abordée avec la participation de Monsieur François-Paul DEBIONNE d’ATD QUART MONDE, d’Alice une jeune stagiaire des Mutuelles de France. La table ronde était animée par Joël Fontaine, Vice-président de l’UMFMB.

Alice indiquait dans son intervention qu’en France « le seuil des 3 millions de chômeurs » avait été dépassé, qu’à Nantes un chômeur en fin de droit s’était immolé par le feu. Elle indiquait que « l’absence d’emploi est préjudiciable au bien-être économique, car le chômage est vécu comme un échec ».

Le Docteur DEBIONNE rappelait que « les chômeurs sont les oubliés des bénéficiaires des politiques de santé publique ».

Lors du débat qui suivait ces interventions, Luc SINKIEWICZ représentant l’UD CGT du 74, rappelait l’exigence de son syndicat d’instaurer un statut du travailleur de son entrée dans la vie active à son départ à la retraite, qui assure à chacun le droit à la santé, l’accès aux soins et aux services publics.

 

Dans la deuxième table ronde, à l’opposé de la première, Sébastien POMMARET, Directeur de l’Union des Mutuelles de France Mont-Blanc et Geneviève COTTIN, psychiatre abordaient la question de l’excès de travail plus communément connu sous le nom de burn-out. Gilles CHERON, président de LCE animait la séance.

Geneviève COTTIN expliquait qu’une surcharge de travail, un manque de reconnaissance, un manque de récompense peuvent entraîner un sentiment de dévalorisation individuelle et dégrader l’esprit collectif.

Sébastien POMMARET rappelait un paradoxe sur le travail à savoir qu’il peut entraîner à la fois épanouissement et souffrance.

Dans la troisième table ronde, la question des solutions était posée.

Camille BERNARD, animatrice du service d’action sociale d’ENTIS, rappelait le lien entre « mutuelles » et « santé au travail » et que le rôle des mutuelles était de développer entre autres « des actions de solidarité et d’entraide » en s’appuyant sur le code de la mutualité.

Elle indiquait qu’ENTIS s’était donné les moyens d’une telle politique en créant son propre service d’action sociale.

Camille BERNARD rappelait les diverses actions du service à savoir la prestation « Mut’prévention » en partenariat avec la MGP ; les actions de remises au travail des arrêts de travail de longue durée, grâce à un accompagnement des salariés organisé avec l’aide d’un réseau de psychologues.

Marie Louise BENOIT, présidente de la Mutuelle Familiale de Haute-Savoie, présentait un texte du Sénat qui contenait des solutions pour contenir la souffrance au travail. Elle rappelait que les solutions existent mais qu’il n’y a ni la volonté, ni les moyens pour les appliquer.

Pascale VATEL, Secrétaire Générale de la FMF, rappelait que l’histoire de la FMF était celle de la relation entre « prévention et soins ». Elle rappelait que la mise en œuvre de l’ANI cassait la solidarité entre travailleurs salariés et travailleurs sans emplois, entre salariés du privé et salariés de la fonction publique. Elle rappelait également que dans le cadre des accords de branche, 2 % de l’encaissement des cotisations serait consacré – obligatoirement – à la prévention.

Il revenait à Alain VISA, animateur de la troisième table ronde et Directeur de la Mutuelle Familiale de Haute Savoie de tirer les conclusions de cette journée.


Alain VISA, tenait à remercier avant toute chose les représentants de l’Union de Savoie présents, en souhaitant que comme par le passé les Rencontres Santé soient organisées ensemble à l’avenir, et les représentants de la direction nationale de la FMF.

Alain VISA rappelait la richesse des interventions et des débats : trente interventions tout au long de la journée. Une telle journée aurait mérité qu’il y ait un plus grand nombre de participants.

S’agissant de la première table ronde, il rappelait que le chômage n’est pas fatal, qu’il est le résultat d’une politique délibérément volontaire d’organisation de ce mal pour faire pression sur les salariés. C’est une constante du capitalisme.

Quelles solutions retenir ?

Il y a bien sûr les propositions du Service d’Action Sociale et de prévention d’ENTIS à qui toutes les collectivités et les mutuelles peuvent faire appel.

Mais comme le rappelait OMAR BRIXI (Docteur en santé publique), ne faudrait-il pas repenser le rôle des mutuelles et des acteurs mutualistes dans l’entreprise. Des solutions (évoquées par Marie Louise BENOIT), des expériences (rappelées par OMAR BRIXI) existent, l’idée forte de cette journée serait de créer dans chaque mutuelle des ateliers de formations pour armer les élus mutualistes, les partenaires sociaux et les conseillers en développement ; multiplier les dispositifs d’accueil pour les personnes en souffrance comme à Paris et Lyon ; aider à ce que le débat s’instaure en entreprises.

 

Une pétition contre la suppression annoncée des CHSCT a circulé lors de cette manifestation

Le contexte économique et social actuel nous montrent toute l’importance de mobiliser toutes les forces de terrain. Ces Rencontres Santé Savoyardes revoient le jour après 4 ans d’absence et l’Union des Mutuelles de France Mont-Blanc et les Mutuelles de France envisagent de reconduire cette manifestation. Nous vous invitons dès à présent, à réfléchir à un thème pour les prochaines Rencontres Santé Savoyardes.

 

A bientôt

Le Président
Bernard DESAIRE