La 3D déconseillée aux enfants de moins de 6 ans

Publication du dimanche 2 novembre 2014

Les films et les jeux vidéo utilisant la technologie d’images en relief sont déconseillés aux enfants de moins de 6 ans et les jeunes, jusqu’à 13 ans, doivent en faire un usage modéré, selon l’Anses.

Attention aux films et aux vidéos utilisant la technologie d’images en 3D, met en garde l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) dans un nouveau rapport. L’Agence déconseille aux enfants de moins de 6 ans de regarder des films et les jeux vidéos en relief. Mais aussi recommande d’en limiter l’usage aux jeunes de moins de 13 ans et aux adultes ayant certains troubles visuels. Fatigue visuelle.

L’Anses avance plusieurs motifs : c’est tout d’abord durant l’enfance que le système visuel (accommodation, vergence, maturation des voies visuelles, etc.) se développe activement, ce qui le rend plus fragile.

Ainsi, l’exposition aux interfaces audiovisuelles en 3D peut engendrer une fatigue visuelle en raison de ce que l’on appelle le « conflit accommodation-vergence ». Plus précisément, pour avoir la perception du relief, les deux yeux convergent, autrement dits, ils sont orientés vers le même sujet, et font la mise au point sur une même zone, à la même distance, pour avoir une vision nette. C’est ce que l’on appelle «l’accommodation».

Un principe physiologique qui n’est plus respecté dès lors que l’on regarde sur écran des images en relief : l’accommodation et la vergence des yeux sur un objet situé en avant ou en arrière-plan d’un écran ne se font plus à la même distance. D’où une sensation d’inconfort qui peut se traduire par une fatigue visuelle, laquelle se manifeste par des douleurs autour de l’œil, une sensation d’œil sec, des troubles de la vision (vision double, diminution de l’acuité visuelle et de la rapidité de perception), des maux de tête, des douleurs au cou, voire même des pertes de concentration, et dans certains cas, des vertiges. Sensibiliser les professionnels de la santé.

L’Anses conseille ainsi à tous les utilisateurs de ne pas se mettre trop proche des écrans, car plus on s’en éloigne, moins on subit de contraintes sur son système visuel; de conserver lunettes ou lentilles pendant la visualisation de contenus en 3D et de respecter les consignes des fabricants. Enfin, l’Agence incite à la sensibilisation des professionnels médicaux et paramédicaux de la petite enfance et des ophtalmologistes sur les mécanismes mis en jeu lors de la visualisation d’interfaces en 3D. Ces derniers doivent être en mesure d’informer les parents des symptômes et des risques potentiels de la visualisation des contenus en 3D mais aussi des moyens de remédier aux troubles visuels qu’ils peuvent engendrer.

Parution : NOVEMBRE 2014
Numéro : 170
Source : Viva presse © Droits réservés
Auteur : Sylvie BOISTARD